SkikdaMag

Le magazine des anciens philippevillois
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 SKIKDA-Un patrimoine en déperdition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin

avatar

Messages : 312
Date d'inscription : 13/09/2012

MessageSujet: SKIKDA-Un patrimoine en déperdition   Lun 6 Jan - 15:05

SKIKDA
Un patrimoine en déperdition
Source Journal El Watan
Au cours des années 1990, les premiers résultats d’une étude étaient déjà inquiétants, car ayant fait ressortir que sur un ensemble de 460 immeubles du centre-ville, seuls 54 sont jugés en bon état.
 
Une fois encore, les fameuses Arcades de la ville de Skikda ont été le théâtre d’un effondrement. Certes il n’y a pas eu de pertes en vies humaines, mais faudrait-il pour autant en faire un simple fait divers ? Faudrait-il encore se plaire dans le mutisme et l’inertie ambiants, au risque de laisser des gens côtoyer le risque chaque jour que Dieu fait ? L’effondrement, vendredi dernier, du plafond d’un appartement situé au 58, rue Didouche Mourad, a poussé les habitants à réagir et à user du seul moyen encore valable pour attirer l’attention des pouvoirs publics : les barricades. Ils sont ainsi sortis avec femmes et enfants pour bloquer cette artère qui représente un passage obligé à l’ensemble du trafic dans la ville. «Cela s’est passé à 20h. Alors que nous dînions, le plafond qu’on retenait avec des bâches en plastique s’est carrément effondré sur nos têtes. On a paniqué, tout comme nos voisins d’ailleurs et on a cru que l’immeuble allait s’écrouler.
Une fois dehors, on a décidé de fermer cette artère pour obliger les responsables concernés à venir voir dans quelles conditions nous survivons»,  témoigne un des habitants rencontrés sur les lieux. Toutes les familles de cet immeuble se disent outrées par les promesses successives, mais toutes sans lendemain. «Notre immeuble ne tiendra pas longtemps et dans son inévitable chute, il risque d’emporter d’autres victimes innocentes qui arpentent les arcades. L’immeuble mitoyen avec le nôtre a déjà enregistré un premier deuil, il y a tout juste 40 jours, après le  décès d’un vieil habitant qui est mort dans l’effondrement d’une partie de l’escalier. Faudra-t-il attendre qu’il y ait d’autres deuils pour réagir ?» s’offusque un autre habitant. Cet effondrement est donc venu, rappeler aux uns et aux autres que la vieille ville de Skikda continue toujours de s’effriter et en silence. Le constat, vieux de plusieurs décennies, n’a jamais été accompagné de décisions pratiques ni de projets susceptible de sauvegarder un authentique patrimoine.  

Des poutrelles pour rassurer les gens

Au courant des années 1990, une étude avait déjà esquissé le danger qui mine le tissu urbain de la vieille ville. Les premiers résultats étaient déjà inquiétants puisqu’il en ressortait que sur un ensemble de 460 immeubles (plus de 2800 appartements) constituant le centre-ville, seuls 54 immeubles sont jugés en bon état, alors que les immeubles menaçant ruine représentent plus 50 % du parc immobilier. C’est cinglant, mais ça n’a pas pour autant été accompagné de mesures de réhabilitation. Tout ce qu’on s’amusait à faire, c’était de maquiller les façades en les badigeonnant de peinture, alors que l’intérieur continuait de moisir. Il faut également rappeler qu’au courant de cette même décennie, les premiers risques s’étaient manifestés. Pris au dépourvu, les responsables de l’époque et devant l’absence de toute perspective, ont alors décidé d’implanter, en 1996, des poutrelles métalliques pour, laissait-on comprendre à l’époque, «soutenir les immeubles donnant sur les arcades et éviter leur effondrement en attendant de rafistoler les bâtisses». On reconnaîtra par la suite que ces poutrelles, corrodées, ne pouvaient, techniquement, rien soutenir et qu’elles ont été installées pour rassurer les gens en attendant d’engager des travaux de réhabilitation. Depuis rien n’a été fait, ou plutôt si.
Vers la fin des années 1990 et à ce jour, le dossier des Arcades, tout comme celui du Quartier Napolitain ont à chaque fois été déterrés avec des promesses d’engager des études sérieuses devant conclure à la meilleure manière de réhabiliter ce patrimoine local. Les responsables qui ont eu à gérer les affaires de Skikda ont alors usé, par populisme, de ce dossier pour se faire un peu de pub. Rien de plus car, à ce jour, la longue et lente agonie des Arcades persiste encore. On se souvient encore des promesses officielles faites par certains responsables, élus et walis. En 2009, on a parlé d’une étude relative au vieux bâti qui était en cours. Un responsable de l’époque avait même déclaré à El Watan qu’une fois achevée «elle aura à diagnostiquer l’état actuel des Arcades et préconisera les mesures à apporter. C’est en fonction des résultats de l’étude que nous pourrons apporter les mesures nécessaires. Tout ce qui doit être démoli le sera, le reste sera réhabilité». Où en est donc cette étude ? Personne ne le sait. Puis, en 2010, les responsables sont allés trop fort en déclarant que des consultations étaient lancées auprès de spécialistes pour initier un grand projet de consolidation des Arcades, en optant pour l’utilisation de la fibre de carbone. Rien que ça ! On reviendra par la suite en laissant comprendre que les travaux de réhabilitation allaient être faits par des spécialistes espagnoles et ce genre de promesse continuera sans pour autant aboutir à une décision claire, nette et effective.

Enfin, une lueur d’espoir ?

Sans chercher à noircir le tableau d’une ville déjà assez sombre, il faut néanmoins reconnaître que dans cette grisaille qui mine le dossier des Arcades, il y a tout de même un rai de lumière, qui a jailli l’année passée. Pour rendre à César ce qui lui appartient, il faut reconnaître que c’est l’ancien wali, M. Bouderbali, qui a réussi à convaincre les instances centrales de débloquer 1,5 milliard de dinars pour la restauration du vieux bâti de la ville de Skikda. «C’est une première tranche qui  a été réservée par le ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme. Elle devra permettre de remédier à la situation qui prévaut au niveau du vieux bâti et d’anticiper sur les risques que pourraient encourir les citoyens», avait déclaré M Bouderbali devant les élus de l’APW. Il a même ajouté qu’une commission avait été installée pour enclencher le processus administratif devant permettre de mettre en pratique ce projet, et de révéler que 2 000 constructions avaient déjà fait l’objet d’une expertise sérieuse même si- avait-il expliqué- les travaux de restauration auront à débuter d’abord au niveau des Arcades, «car c’est un site sensible», avait estimé l’ex-wali.
Voilà donc une bonne note pour la vieille ville et pour ses habitants qui vivent encore dans des conditions insoutenables, par faute de logements, alors que des centaines de nouveaux logements ont été attribués dans un grand silence. Quand on sait qu’à Skikda aucune liste d’attribution de logements, tous types confondus, n’a été affichée depuis exactement… 11  années, il y a de quoi alimenter toutes les suppositions. Dans quelles conditions a-t-on attribué les anciens programmes ? Qui en a profité ? On n’en sait rien et quand on apprend que des enfants d’entrepreneurs milliardaires sont inscrits sur certaines listes d’attribution et bénéficieront de l’aide de l’Etat, on comprend alors aisément le marasme qui mine cette ville, jadis très belle.
 
 
Khider Ouahab
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jakcol6478.wordpress.com/
Boutonné

avatar

Messages : 158
Date d'inscription : 19/09/2012

MessageSujet: Re: SKIKDA-Un patrimoine en déperdition   Lun 6 Jan - 16:01

Merci pour le texte Jacky, le temps fait son oeuvre malheureusement surtout quand les moyens manquent ... ffftttt emporté par le vent des plus forts. Courage les Skikdis Bouns.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
scoungil

avatar

Messages : 539
Date d'inscription : 15/09/2012
Localisation : Au bord d'Elle (la Méditerranée)

MessageSujet: Re: SKIKDA-Un patrimoine en déperdition   Lun 13 Jan - 12:08

Excellente idée ce coup de projecteur sur les arcades de la ville, pittoresque joyau.

Regardons par exemple ce qui a été réalisé, ce qui se fait, ce qui devra encore se faire à VENISE, ville posée sur l'eau !
Sauvegardez ce qui fait un des charmes de notre cité : ses arcades abritant ses lieux de vie, ses commerces. Les Pouvoirs Publics ne peuvent pas rester insensibles à certains arguments. Ne pas baisser les bras.

Comme l'exprime Bouns, "Courage les Skikdis",
Scoungil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jakcol6478.wordpress.com/
scoungil

avatar

Messages : 539
Date d'inscription : 15/09/2012
Localisation : Au bord d'Elle (la Méditerranée)

MessageSujet: Re: SKIKDA-Un patrimoine en déperdition   Jeu 30 Jan - 16:04

C'est avec satisfaction que nous apprenons par notre Ami Nourdine, après l'excellent article de Khider O. (El Watan) reproduit ci-dessus, que le Premier Ministre algérien  a fait ouvrir le dossier de la réhabilitation des Arcades, ce riche patrimoine architectural de notre ville ainsi que celui délicat du quartier des Napolitains. Souhaitons toute l'énergie  et tous les moyens nécessaires pour mener à bien ces aménagements.
Nourdine pourra nous donner également d'autres info. sur la future extension de la ville vers l'est, après Jeanne d'Arc à Bouzaroura.
Scoungil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jakcol6478.wordpress.com/
nourdine

avatar

Messages : 325
Date d'inscription : 07/01/2013
Age : 70
Localisation : Skikda

MessageSujet: Re: SKIKDA-Un patrimoine en déperdition   Lun 3 Fév - 18:35

bonsoir gilles,
actuellement toute le monde en parle ici à skikda de la réhabilitation, mais attendons pour voir
certains affirment que c'est un effet d'annonce, d'autres disent que le prêfet a été vu aux arcades, dans les deux cas les gens sont contents qu'on s'intéresse à ce patrimoine.
Quant à l'extention de la ville vers le site dit "Bouzaroura" à quelques encablures en partant de la forêt récréative crée au niveau de l'entrée du village les platanes ou fil fila, il a été retenu la réalisation de 11.000 logements avec beaucoup d'infrastructures, il y a un projet dont on parle à Annaba c'est celui de l'autoroute maritime reliant aAnnaba à Skikda le long de la corniche( Seraidi-Herbillon-La Marsa et Fil Fila).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
scoungil

avatar

Messages : 539
Date d'inscription : 15/09/2012
Localisation : Au bord d'Elle (la Méditerranée)

MessageSujet: Re: SKIKDA-Un patrimoine en déperdition   Mar 4 Fév - 7:52

 11 000 logements à créer pour loger environ 40 à 50 000 personnes dans le large périmètre des Platanes + une voie de communication supplémentaire pour relier les deux villes de l'est du pays. Cela désenclavera tout le secteur. Projets porteurs !
Là aussi, souhaitons toute l'énergie et tous les moyens nécessaires pour mener à bien ces grandes perspectives.
Merci Nourdine de tes intéressantes précisions.
Sc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jakcol6478.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SKIKDA-Un patrimoine en déperdition   

Revenir en haut Aller en bas
 
SKIKDA-Un patrimoine en déperdition
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Base de données "Patrimoine de l'Eure".
» AS DUT Bibliotheques et patrimoine, BDX
» L'IABD et la numérisation du patrimoine culturel européen
» Forum autour des métiers des bib et du patrimoine
» Journées du patrimoine en Nord-Cotentin!

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
SkikdaMag :: Notre cité-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: